Dimanche 18 Juin 2017
 eglise

Histoire de l’église

Burnhaupt-le-haut, lieu de passage, fut très tôt constitué en paroisses. Dès 1302, un document nous mentionne l’existence d’une église dans notre village. La paroisse est dédié à saint Boniface évêque et martyr au VIIème siècle qui évangélisa la Germanie et fonda de nombreuses abbayes dont celle de Fulda. Le patron secondaire est saint Sébastien soldat et martyr du IIIème siècle.En 1376, les Anglais détruise l’église du village qui est immédiatement reconstruite; Après avoir été à nouveau endommagé par les Suisses en 1467, l’édifice est agrandi en 1469. Pendant la guerre de trente ans (1618-1648) qui a ravagé l’Alsace, l’église est pillée mais pas détruite.Au début du XVIIIème, le bâtiment est en très mauvais état comme le montre les enquêtes menées par les autorités diocésaines de Bâle, évêché dont le sud de l’Alsace faisait partie jusqu’à la révolution. En 1734, des travaux sont entrepris par l’abbaye de Masevaux. La nef, le choeur et la sacristie sont entièrement reconstruits. L’ancien clocher subsiste. L’évêque de Bâle ordonne sa démolition en 1777. Mais c’est finalement une toute nouvelle église qui sera bâtie.

 L’ancienne église 1784 – 1914

Sous l’impulsion du curé Goetz, une nouvelle église est construite en 1784. Le bâtiment est achevé lorsque éclate le révolution de 1789, mais l’intérieur n’est pas aménagé. Cet édifice a été construit dans le style classique des églises-granges répandues au siècle des Lumières. Les autels et la chaire provenaient de l’ancienne église des capucins de Thann. En 1858 la commune achète un orgue chez Callinet cadet, facteur d’orgue à Rouffach. L’année suivante a lieu l’acquisition de quatre nouvelles cloches. C’est cet édifice qui disparait dès les premières semaines de la première guerre mondiale.

La destruction et l’église provisoire 1914 -1929

Dès les premières semaines de guerre en aout 1914, des combats ont lieu aux alentours des deux Burnhaupt. L’église du village est très vite la cible de l’artillerie française, le clocher servant de poste d’observation pour les troupes allemandes. A l’automne 1914, le front se stabilise à Burnhaupt.Le 1er janvier 1915, la population est évacuée pour laisser place aux soldats. Dès lors de violents combats vont avoir raison du village et l’église paroissiale sera la proie des flammes le 17 juillet 1915. Au retour des burnhauptois après l’Armistice de 1918, tout est détruit. L’église est irréparable. Seuls au milieu des ruines, le Sacré Coeur et la grotte de Lourdes ont échappé à la folie de la guerre. Les soldats considérèrent ceci comme un miracle et de nombreuses cartes postales feront état de ce symbole.

eglise02
En 1920, le curé Joseph Muller est envoyé pour desservir Burnhaupt-le-Haut. Il commence par célébrer la messe dans une maison de la rue basse, puis une église provisoire, en bois, est construite rue binnen. De nombreux burnhauptois s’en souviennent puisque la « baraque » a servi de cercle paroissial jusqu’a la construction du foyer par le curé Martin Studer dans les années 1970.
 eglise03
 
La nouvelle église 1929Le 30 septembre 1928, le village est en fête, dix ans après la fin de la guerre, la première pierre de la nouvelle église est enfin posée. En présence de nombreuses personnalités civiles et religieuses et sous l’impulsion du curé Joseph Muller le chantier du nouveau lieu de culte est lancé.Les plans du nouvel édifice sont dressés par Paul Gélis de Paris, la direction des travaux est confiée à l’architecte Paul Kirchacker. L’entrepreneur est Louis Schlachter d’Altkirch. Les travaux sont menés rapidement avec la participation de nombreux burnhauptois, fiers de participer à la reconstruction de leur église.Dès le mois de juin 1929, le bâtiment est sous toit et l’on peut déjà installer les cinq nouvelles cloches. La fête grandiose donnée pour leur baptême le 9 juin 1929, rassemble tous les villageois. Les cloches sont dédiées au Sacré Coeur, à saint Boniface, sainte Marie, saint Sébastien et à sainte Odile.C’est au cours de la nuit de Noël 1929, que la communauté villageoise se rassemble pour la toute première fois pour célèbrer l’eucharistie. Moment fort en émotions
 © Textes de Marc BOHRER